Quand j’avais une quinzaine d’années j’étais tombé sur un documentaire montrant l’explosion de la vie au milieu d’un désert. Des plantes ressemblant à des pierres qui éclosaient après une averse et dont les fleurs transformaient les étendues désertiques en un feu d’artifice de couleurs.

02-sept-2014 13:07, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 

Depuis je m’étais dit « un jour j’irai voir ça » sans pour autant penser à concrétiser cette envie au fil des années qui passaient. 
Lorsque j’ai pris ma décision de partir faire le tour du monde, le Namaqualand a naturellement fait partie des destinations phares que je voulais mettre dans mon itinéraire.
Le Namaqualand est une région aride située à cheval entre l’Afrique du sud et la Namibie. La Nature y est capricieuse et la bonne période pour assister au spectacle varie un peu d’une année à l’autre en fonction des précipitations. Il ne fallait donc pas rater le coche. J’ai ainsi planifié tout mon périple africain en fonction de ça.

Revenons au récit.
Après un assez long trajet en bus sur la Garden Route baignée de soleil, le gros nuage au loin indiquait que le retour au Cap était proche. Plein d’enthousiasme j’allais réserver mon billet de bus dans la foulée sans même avoir pris le temps de vérifier les disponibilités d’hébergement sur place, à Springbok. Bien mal m’en a pris. Je me retrouvais avec un billet de bus et pas de quoi dormir. Après avoir fait le tour du bottin et appelé la plupart des guest-houses et hôtels j’ai dû me résigner à annuler mon bus pour prendre le temps de trouver au moins 3 jours de disponibilités avant de réserver à nouveau le transport. Il m’a fallu prendre mon mal en patience durant une petite semaine dans le froid du Cap avant de partir enfin pour Springbok.

Durant trois jours j’ai arpenté les environs de la ville, Concordia, Goegap et le parc national du Namaqualand à pied et en voiture de location dans un décor coloré et odorant.

01-sept-2014 11:31, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
01-sept-2014 12:18, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
01-sept-2014 15:36, Panasonic DMC-TZ25, 4.7, 13.6mm, 0.002 sec, ISO 100
 
02-sept-2014 11:46, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
01-sept-2014 11:51, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:40, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:33, Panasonic DMC-TZ25, 5.3, 25.5mm, 0.003 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:32, Panasonic DMC-TZ25, 5.0, 18.7mm, 0.002 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:59, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 6.4mm, 0.001 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 14:05, Panasonic DMC-TZ25, 5.5, 35.2mm, 0.002 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 14:19, Panasonic DMC-TZ25, 5.4, 30.1mm, 0.001 sec, ISO 100
 

Le contretemps que j’ai connu au Cap ne m’a pas pas permis de découvrir le Namaqualand lors du pic de floraison (imaginez ce que ça doit être !) mais les quelques jours sur place ont malgré tout été plus qu’à la hauteur de mes attentes.

Namaqualand from Dans les pas de Nicolas on Vimeo.

Plus de photos dans l’album suivant :

6. Afrique du Sud - Namaqualand
6. Afrique du Sud - Namaqualandnov 4, 2014Photos: 74
 

Le nez à la fenêtre durant les 11h qu’avait duré le trajet depuis le Cap, j’ai été déposé dans une station service à la sortie de Jeffrey’s Bay où Loïc est venu me récupérer. Après un petit quart d’heure de route nous sommes arrivés au Cristal Cove, backpacker sympathique à 3 pas de l’océan. L’auberge était composée d’appartements avec un grand séjour, cuisine américaine, deux chambres, une grande salle de bain et tout le confort moderne. J’ai fait la connaissance de Damien, un ami de Loïc profitant de ses vacances de professeur d’anglais pour venir surfer à « Supertubes » un spot mythique, et travaillant à l’auberge en échange du logement.
Je suis resté une semaine à Jeffrey’s Bay, où j’ai occupé mon temps entre balades sur la plage à regarder les surfeurs à l’oeuvre (je ne me suis pas risqué à mettre les pieds dans l’eau) une visite du petit parc animalier de Kragga Kamma et surtout à planifier la suite de mon voyage.

14-août-2014 20:38, Panasonic DMC-TZ25, 5.9, 68.8mm, 0.002 sec, ISO 100
 
14-août-2014 21:03, Panasonic DMC-TZ25, 5.9, 67.0mm, 0.002 sec, ISO 100
 
14-août-2014 21:03, Panasonic DMC-TZ25, 5.9, 67.0mm, 0.001 sec, ISO 100
 
14-août-2014 21:13, Panasonic DMC-TZ25, 5.9, 68.8mm, 0.002 sec, ISO 100
 

17-août-2014 20:01, Panasonic DMC-TZ25, 5.3, 27.7mm, 0.003 sec, ISO 125
 
17-août-2014 20:07, Panasonic DMC-TZ25, 5.6, 41.5mm, 0.008 sec, ISO 100
 
17-août-2014 20:34, Panasonic DMC-TZ25, 5.9, 68.8mm, 0.008 sec, ISO 200
 
17-août-2014 20:22, Panasonic DMC-TZ25, 5.6, 41.5mm, 0.004 sec, ISO 100
 

Je me suis ensuite rendu à Stormsriver, petit village au milieu de la campagne de la Garden Route. Là on pouvait faire un grand nombre d’activités de plein air. Comme on était en plein hiver, je le rappelle, les lieux étaient très calmes avec peu de voyageurs de passage. J’ai dû me résoudre à faire des activités en solitaire. Le jour de mon arrivée j’ai opté pour le parcours de tyroliennes qui surplombait la rivière teintée de noir par les tanins des arbres caractéristiques du lieu. Certains passages étaient impressionnants, effleurant les parois rocheuses, tandis que d’autres permettaient d’avoir une vue d’ensemble de la vallée. Pour voir un aperçu, aller regarder la vidéo en fin d’article.
Le lendemain mes plans ayant été contrarié par le fait que la navette de l’auberge n’était pas disponible, je suis allé me balader dans la forêt avant de tomber sur un café visiblement tenu par un fan d’Elvis Presley et des années 60.

22-août-2014 16:27, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.077 sec, ISO 400
 
22-août-2014 16:30, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.017 sec, ISO 800
 
22-août-2014 16:30, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.017 sec, ISO 800
 
22-août-2014 16:33, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.006 sec, ISO 160
 

Après deux jours j’ai enfin pu me rendre au sanctuaire des éléphants, non sans mal. J’ai été emmené par la femme d’un des gérants qui passait par là et qui allait récupérer ses enfants à un match de foot non loin du site. Coup de bol !
Le sanctuaire des éléphants accueille 5 éléphants qui ont été blessés et soignés en captivité ou issus de réserves en surpopulation et qui retourneront un jour dans leur milieu naturel. Les quatre femelles et le jeune mâle sont habitués à la présence humaine mais restent avant tout des animaux sauvages.
Il y avait là une famille d’anglais en plus de moi. Après une rapide présentation du lieu et des activités du sanctuaire, nous avons été conduits sur un chemin où nous attendaient trois femelles éléphants, plutôt grosses malgré leur jeune âge. J’ai fait la connaissance de Marula, la matriarche de 19 ans en tête du cortège et de son soigneur. Ce dernier m’a expliqué comment me comporter avec l’animal, puis j’ai tendu la main comme il m’avait montré et le mastodonte l’a saisie du bout de sa trompe avec une extrême délicatesse. Elle n’avait pas les deux « doigts » qui auraient dû lui permettre de saisir sa nourriture comme une pince. La sensation était très étrange car je mettais ma main dans les narines d’un animal énorme qui aurait pu me réduire en bouillie en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Aussi je n’étais pas très rassuré de devoir lui tourner le dos pour marcher devant.

23-août-2014 13:58, Panasonic DMC-TZ25, 5.1, 21.7mm, 0.006 sec, ISO 100
 
23-août-2014 13:58, Panasonic DMC-TZ25, 4.6, 11.7mm, 0.004 sec, ISO 100
 

Arrivés dans une clairière les soigneurs nous ont montré tout le savoir faire des éléphants en reproduisant des gestes qu’ils réalisent dans la nature : comme se mettre à genoux pour se coucher ou secouer les oreilles pour effrayer d’autres animaux… Nous avons alors pu les toucher de la trompe aux pieds, apprécier l’épaisseur et la rugosité de leur épiderme, la douceur de la peau à l’arrière des oreilles, le toucher de nylon des quelques poils de leur queue ou tâter la plante de leurs pieds qu’on n’aurait pas pu chatouiller. 
Nous avons alors repris la promenade en changeant de partenaires. Cette fois je marchais la main dans la trompe avec une éléphant qui avait ses doigts et dont la préhension ressemblait beaucoup plus à une main humaine. A l’arrivée nous avons nourri les animaux avec une bonne cinquantaine de pommes dont ils étaient très friands avant de finir par un petit tour sur le dos de l’un d’entre eux. L’expérience était unique et me laissera un grand souvenir.

23-août-2014 14:10, Panasonic DMC-TZ25, 4.5, 10.9mm, 0.013 sec, ISO 100
 
23-août-2014 14:12, Panasonic DMC-TZ25, 4.3, 9.4mm, 0.013 sec, ISO 100
 
23-août-2014 14:20, Panasonic DMC-TZ25, 4.8, 14.8mm, 0.008 sec, ISO 200
 
23-août-2014 14:28, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 5.9mm, 0.005 sec, ISO 200
 

Pour mon dernier jour à Stormsriver j’avais l’intention de faire un petit safari à cheval, mais la loi des séries a fait que j’ai dû renoncer faute de disponibilité. Alors que je regardais le panneau des activités possibles avec ma mine défaite, un jeune sud-africain arrivé la veille m’a abordé pour me proposer une petite randonnée avec son frère et lui dans le parc national de Tsitsikamma. Je me suis empressé d’accepter et nous avons aussitôt sauté dans sa voiture pour faire les quelques kilomètres nous séparant du parc, juste assez long pour faire les présentations. Devon, étudiant à Port Elizabeth et son jeune frère Keagan, en vacances pour quelques jours.

24-août-2014 16:05, GoPro HERO3+ Black Edition, 2.8, 2.77mm, 0.002 sec, ISO 100
 

La randonnée était assez facile, longeant la côte sur plusieurs kilomètres, passant sur des ponts suspendus avant de s’enfoncer un peu dans les bois surplombant les flots. Au passage nous avons exploré deux petites grottes pleines de chauves-souris (en mode Indiana Jones) avant d’arriver à une cascade d’une cinquantaine de mètres tombant dans un bassin naturel se jetant dans le bleu de l’Océan Indien. Notre destination atteinte, il ne restait qu’à profiter du lieu en regardant les vagues s’écraser tout près de nous.

24-août-2014 10:00, Panasonic DMC-TZ25, 4.5, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
24-août-2014 10:29, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.003 sec, ISO 160
 
24-août-2014 10:30, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
24-août-2014 10:33, Panasonic DMC-TZ25, 4.9, 16.0mm, 0.004 sec, ISO 160
 
24-août-2014 11:55, Panasonic DMC-TZ25, 4.4, 10.1mm, 0.001 sec, ISO 100
 
24-août-2014 12:12, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.017 sec, ISO 125
 
24-août-2014 12:18, Panasonic DMC-TZ25, 5.1, 20.2mm, 0.125 sec, ISO 250
 
24-août-2014 12:52, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 200
 
24-août-2014 14:46, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.017 sec, ISO 100
 

Sur le chemin du retour nous sommes allés voir le « big tree », un virgilier à bois jaune de 40 m de haut et plus de mille ans au milieu d’autres arbres guère plus jeunes. En fin d’après-midi Devon et Keagan ont dû repartir pour Port Elizabeth et de mon côté j’ai bouclé mon sac pour rentrer au Cap le lendemain matin.

24-août-2014 16:52, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.01 sec, ISO 800
 
24-août-2014 16:48, Panasonic DMC-TZ25, 3.6, 5.9mm, 0.067 sec, ISO 400
 

J’aurais voulu profiter plus de cette Garden Route si prometteuse mais il est assez difficile de la parcourir sans être autonome au niveau du transport, et tout faire en bus aurait été compliqué et très cher. Tant pis… pour cette fois. Une autre destination m’attendait désormais, le Namaqualand dans le nord-ouest de l’Afrique du Sud que je vous ferai découvrir dans le prochain article.

Afrique du sud – Garden route from Dans les pas de Nicolas on Vimeo.

Plus de photos dans les albums suivants :

L’hiver m’attendait au Cap, après cinq calmes jours de mer sur le RMS. Après un dernier copieux petit-déjeuner dans le sun lounge en compagnie de Serge, j’ai débarqué parmi les derniers passagers. Une fois à terre j’ai récupéré mon sac et j’ai pris un bus pour me rendre à Longstreet, l’artère principale du coeur historique de la ville. C’est là qu’on trouve tous les backpackers, les restaurants, les clubs… J’avais l’embarras du choix. Je me suis finalement trouvé une auberge avec un grand patio couvert (heureusement) et balcon donnant sur la rue. L’endroit était sympa, quoi que bruyant du fait de la musique diffusée en permanence et des fêtards de la rue.

05-août-2014 22:50, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.004 sec, ISO 160
 
05-août-2014 22:52, Panasonic DMC-TZ25, 3.5, 4.3mm, 0.01 sec, ISO 160
 
05-août-2014 22:54, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.008 sec, ISO 160
 
06-août-2014 22:32, Panasonic DMC-TZ25, 3.6, 5.9mm, 0.017 sec, ISO 320
 

Après deux jours maussades j’ai enfin pu mettre le nez dehors pour aller voir la colonie de manchots de Simon’s Town, petit port de la marine sud-africaine au sud du Cap. J’ai fait le trajet en train, lequel longe la côte de la péninsule du Cap sur sa partie orientale. Arrivé à quai, il m’a fallu encore marcher quelques kilomètres pour découvrir les animaux qui paraissaient très maladroits et titubants sur la plage de sable fin, mais qui se révélaient être d’excellents nageurs.

07-août-2014 18:35, Panasonic DMC-TZ25, 6.3, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
07-août-2014 18:36, Panasonic DMC-TZ25, 6.3, 6.4mm, 0.001 sec, ISO 100
 
07-août-2014 20:49, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 160
 
07-août-2014 20:56, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 5.0mm, 0.001 sec, ISO 100
 
07-août-2014 21:05, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.7mm, 0.001 sec, ISO 100
 
07-août-2014 21:05, Panasonic DMC-TZ25, 4.9, 16.0mm, 0.001 sec, ISO 100
 
07-août-2014 22:07, Panasonic DMC-TZ25, 4.1, 8.7mm, 0.001 sec, ISO 160
 
07-août-2014 21:22, Panasonic DMC-TZ25, 5.4, 30.1mm, 0.001 sec, ISO 100
 

Après un long moment d’observation, j’ai fait le chemin inverse pour retourner à la gare. Là, je suis tombé sur Meg, Richard et Edward, la famille d’écossais que j’avais croisée partout sur Sainte-Hélène. Nous avons pris le train ensemble et avons discuté pendant une heure et demie avant de se dire adieu à la gare du Cap.

De retour à la guest house j’ai croisé ce gars arrivé le même jour que moi et qui avait l’air très sympa. On ne s’était alors pas dit autre chose que « Hey ! » à chaque fois qu’on s’était croisé, le sourire aux lèvres. Il a fallu qu’on se croise une fois encore pour que je me décide à initier la conversation. Il s’appelait Maximilian (Maxi pour les intimes), un allemand en voyage pour 6 mois, arrivé en Afrique à bord d’un cargo en provenance d’Hambourg. Nous avons partagé une bouteille de cidre, puis nous sommes allés manger dans un resto à trois ou quatre portes de l’auberge avant de retourner finir la soirée à regarder les photos de nos voyages respectifs et de faire des plans dans une excellente ambiance.

Le lendemain matin, nous nous étions donné rendez-vous dans le patio pour partir marcher ensemble à la Montagne de la Table. Loïc, un suisse de Neuchâtel complétait le groupe. Nous avons pris un bus de ville pour nous rendre au pied de la montagne, puis avons commencé l’ascension. La météo était parfaite : un beau soleil, pas de vent et aucun nuage au sommet de la montagne, chose pas si fréquente en cette saison. Après une montée de marches naturelles, nous avons pris un chemin à flanc de falaise d’où la vue sur la ville était superbe. Ce chemin rejoignait la gorge qui montait abruptement jusqu’au sommet de la Table. Au milieu de la gorge après 2h de marche nous avons fait une pause pour déjeuner. Un jeune jouait de la musique sur une sorte de xylophone du temps que nous mangions. J’ai partagé avec lui le chocolat que j’avais apporté avec moi pour le remercier de sa musique, puis nous avons terminé notre ascension. Les derniers hectomètres étaient difficiles, on montait des marches depuis trois heures avec le soleil nous tapant dans le dos. Arrivés sur le plateau nous n’avons pas regretté nos efforts. Le ciel dégagé nous permettait de voir jusqu’au Cap de Bonne Espérance à 45km au sud, alors qu’au nord s’étendait la ville du Cap et Robben Island au-delà dans la baie.

08-août-2014 16:23, Panasonic DMC-TZ25, 6.3, 4.3mm, 0.003 sec, ISO 100
 
08-août-2014 17:08, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.003 sec, ISO 100
 
08-août-2014 18:29, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.003 sec, ISO 160
 
08-août-2014 19:01, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
08-août-2014 19:08, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 5.0mm, 0.001 sec, ISO 100
 
08-août-2014 19:21, Panasonic DMC-TZ25, 4.5, 10.9mm, 0.001 sec, ISO 100
 
08-août-2014 19:21, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.002 sec, ISO 100
 
08-août-2014 19:42, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 160
 
08-août-2014 19:32, GoPro HERO3+ Black Edition, 2.8, 2.77mm, ISO 100
 

Après une heure à arpenter le plateau pour admirer la vue de différents points, il était temps de redescendre. Le téléphérique étant en maintenance cette semaine-là, il nous fallait reprendre le même chemin. Loïc a voulu rester un peu plus longtemps alors Maxi et moi avons pris de l’avance sur le sentier dans la gorge. Le parcours était assez dangereux, une marche manquée nous aurait précipité dans le vide. La fatigue accumulée n’aidait en rien l’opération mais avec de la prudence et quelques pauses chocolat nous avons réussi sans problème au bout de deux heures. Loïc a été bien plus rapide et nous a retrouvé à l’arrêt de bus alors que nous discutions avec un couple de tchèques. De retour à l’hôtel pour prendre une bonne douche et un cidre, nous sommes ensuite sortis dans un restaurant typique où m’avaient amené mes hôtes de couchsurfing avant mon départ pour Sainte-Hélène. La soirée s’est terminée autour du billard de l’auberge dans une ambiance des plus conviviales avant d’aller reprendre des forces pour la journée du lendemain.

Maxi et moi avons loué une voiture au petit matin pour aller faire le tour de la péninsule du Cap. C’était la première fois qu’on se retrouvait à conduire une voiture avec le volant à droite, ce qui était étrange au début, et amusant à la fois. Nous nous sommes arrêtés à Hout Bay pour prendre un bon petit-déjeuner et avons repris notre route vers Simon’s Town.

09-août-2014 10:03, SONY DSC-WX200, 3.5, 5.95mm, 0.002 sec, ISO 100
 
09-août-2014 10:16, SONY DSC-WX200, 5.0, 12.14mm, 0.001 sec, ISO 100
 

Maxi voulait voir les manchots. De mon côté ça ne me dérangeait pas d’y repasser un moment. Nous avons découvert qu’il y avait deux entrées au site. Connaissant déjà l’affluence à la première entrée, on a tenté d’aller jusqu’au bout du chemin qui nous a conduit directement sur la plage au milieu de blocs de granite qui servaient de terrain de jeu aux manchots.

09-août-2014 11:14, SONY DSC-WX200, 3.3, 4.45mm, 0.001 sec, ISO 100
 
09-août-2014 11:15, SONY DSC-WX200, 4.5, 9.13mm, 0.001 sec, ISO 100
 
09-août-2014 11:22, SONY DSC-WX200, 4.0, 7.89mm, 0.001 sec, ISO 100
 
09-août-2014 11:18, SONY DSC-WX200, 5.6, 28.59mm, 0.005 sec, ISO 400
 

Nous étions absolument seuls avec les oiseaux et nous pouvions les approcher autant qu’ils nous le permettaient, ce qui était absolument impossible sur les passerelles de l’autre côté du site. Nous sommes restés là presque deux heures à jouer comme des gosses. Nous sommes malgré tout passé voir les bébés à l’autre entrée avant d’aller dans la ville acheter de quoi manger. Nous avons alors pris la route de Cape Point.


Peu à peu le ciel s’est couvert. On pouvait apercevoir un gros bouchon de nuages boucher l’horizon. A Cape Point on ne pouvait pas voir plus loin que le muret entourant le petit phare ; nous avons bien essayé d’attendre le plus possible que le vent dégage la vue mais c’était peine perdue.

09-août-2014 14:48, SONY DSC-WX200, 3.5, 5.19mm, 0.005 sec, ISO 100
 
09-août-2014 20:10, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.002 sec, ISO 100
 
09-août-2014 13:58, SONY DSC-WX200, 3.3, 4.45mm, 0.001 sec, ISO 100
 

Nous sommes alors remontés dans la voiture pour aller au Cap de Bonne Espérance, à quelques minutes de voiture. Les rafales de vent y étaient épouvantables mais nous n’étions plus dans le nuage et on pouvait voir l’océan fouetter les falaises sur lesquelles nous nous tenions fièrement. Un groupe de damans étaient aussi là à quelques pas de nous, formant une boule pour se tenir chaud mutuellement. 
Nous avons pris quelques photos pour immortaliser le moment puis nous avons continué notre tour de la péninsule.

09-août-2014 15:15, SONY DSC-WX200, 5.9, 44.5mm, 0.006 sec, ISO 1600
 
09-août-2014 15:35, SONY DSC-WX200, 5.0, 16.24mm, 0.006 sec, ISO 100
 
09-août-2014 15:52, SONY DSC-WX200, 4.0, 7.89mm, 0.005 sec, ISO 100
 
09-août-2014 15:41, SONY DSC-WX200, 3.5, 5.19mm, 0.004 sec, ISO 100
 

Sur la route on discutait en riant beaucoup. Maxi m’a confié que lui aussi avait eu envie de faire connaissance avec moi le premier jour mais qu’il n’avait pas su comment m’aborder. On s’est alors pris à regretter les deux jours perdus à rester chacun de son côté. La conversation a été stoppée net lorsque sur notre gauche au loin une baleine a sauté pour nous dire bonjour. Nous nous sommes garés sur le bas-côté pour prendre le temps de l’observer. Le cétacé sautait régulièrement et frappait la surface de l’eau avec sa queue. L’instant était vraiment extraordinaire.

09-août-2014 16:36, SONY DSC-WX200, 4.0, 7.89mm, 0.002 sec, ISO 100
 
09-août-2014 16:36, SONY DSC-WX200, 5.0, 12.14mm, 0.002 sec, ISO 100
 
09-août-2014 16:04, SONY DSC-WX200, 5.9, 44.5mm, 0.004 sec, ISO 100
 
09-août-2014 16:00, SONY DSC-WX200, 5.9, 44.5mm, 0.003 sec, ISO 100
 

A la fin du spectacle que l’animal venait de nous offrir nous avons continué notre route en passant par Muizenberg et ses cabanons colorant la plage avant de retraverser la péninsule d’est en ouest pour remonter au Cap par la route de Camps Bay.

09-août-2014 17:14, SONY DSC-WX200, 5.0, 16.24mm, 0.006 sec, ISO 100
 
09-août-2014 17:17, SONY DSC-WX200, 3.3, 4.45mm, 0.006 sec, ISO 100
 

Le brouillard était tombé sur la ville et la circulation était très dense par endroits. Nous avons été contents d’arriver à bon port sans encombre et de trouver une place de stationnement à proximité de l’auberge. Nous avons alors retrouvé Loïc et sommes allés manger avant de rentrer nous coucher.

09-août-2014 17:54, SONY DSC-WX200, 3.5, 5.19mm, 0.006 sec, ISO 100
 

Malgré le bruit des fêtards et la musique des clubs nous avons dormi d’un bon sommeil jusqu’à 3h15 du matin, heure où le réveil nous a sorti du lit pour partir à Gansbaai avec Loïc. Le programme du jour était chargé en adrénaline. Nous avions rendez-vous pour une plongée en cage avec les grands requins blancs. Avant cela il nous fallait deux bonnes heures de route. Un minibus affrété par l’agence est venu nous récupérer et nous avons pu terminer notre nuit tant bien que mal. Nous sommes arrivés à l’agence Sharklady alors qu’il faisait encore nuit. Un petit-déjeuner nous a été servi du temps que nous écoutions Lance (le skipper) nous briefer.


Le jour levé nous avons pris place dans le bateau, puis celui-ci a été mis à l’eau et nous sommes partis au milieu de la baie. Nous laissions une trainée d’huile de poisson frais sur notre passage pour attirer les requins. Une fois le bateau ancré, un appât fait de têtes de thon a été jetée à proximité puis l’attente a commencée. Nous étions une quinzaine de personnes : Loïc, moi et un groupe de jeunes étudiants de l’université du Cap. Un premier groupe s’est équipé de combinaisons épaisses avec cagoules et bottillons et a sauté dans la cage après qu’un premier requin a été aperçu. Quarante-cinq minutes et trois attaques de requins plus tard c’était à notre tour d’enfiler les combinaisons et d’entrer dans la cage. Le choc thermique a été violent. L’eau était à 12°C. Un peu froid pour rester si longtemps immobiles.

Autour de la cage des dizaines de petits poissons avaient été attirés par l’odeur de la trainée d’huile de thon. Après plusieurs minutes qui m’ont parues interminables, tout grelottant que j’étais, j’ai aperçu un requin nageant au dessous de la cage sans que personne d’autre ne l’ait vu. J’ai donné l’alerte mais le passage était trop furtif pour que d’autres le voient. Le froid étant vif, nous sommes sortis de l’eau deux fois avant que le skipper ne crie enfin « shark ! » Nous avons alors sauté dans la cage sans nous poser de question et avons appliqué la procédure pour observer le requin en toute sécurité. Cramponné à la cage d’une main, la caméra dans l’autre, j’ai pu filmer l’animal d’une longueur de deux ou trois mètres environ qui nageait calmement le long de la cage. Ma fascination et mon respect pour le grand blanc étaient à son paroxysme et je ne songeais plus à la peur. Je voulais profiter de ce moment le plus possible, oubliant même de reprendre ma respiration. L’instant m’a paru trop court, mais il a fallu sortir de l’eau pour laisser la place au dernier groupe.
Plus chanceux que nous, ils n’étaient pas dans l’eau depuis plus de deux minutes qu’un requin joueur (ou affamé ?) a sauté sur l’appât à plusieurs reprises, déclenchant les cris enthousiastes de tout le monde sur le bateau.

10-août-2014 13:20, GoPro HERO3+ Black Edition, 2.8, 2.77mm, 0.017 sec, ISO 103
 
10-août-2014 14:15, GoPro HERO3+ Black Edition, 2.8, 2.77mm, 0.005 sec, ISO 100
 
 
 
 


Après plus de 3h en mer nous avons regagné le port puis l’agence où un déjeuner léger nous a été servi pendant qu’on regardait les vidéos faites par le caméraman à bord. Le minibus nous a alors ramené à l’auberge où nous avons partagé notre expérience avec Maxi et Isabel, une jeune portugaise du même dortoir que moi.

Notre dernier soir tous ensemble s’est passé dans un restaurant de Longsteet, puis quelques autres établissements qui disposaient de sympathiques balcons donnant sur la rue pleine de cyclistes en cette nuit de pleine lune, tradition captonienne.

11-août-2014 02:35, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.017 sec, ISO 800
 
11-août-2014 04:01, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.067 sec, ISO 800
 

L’ambiance était très chaleureuse et aucun d’entre nous n’avait vraiment envie que la soirée se termine. Loïc avait un bus très tôt le lendemain matin et nous a fait ses adieux alors qu’on s’apprêtait à faire une partie de billard avec mes deux autres camarades. Ça a été la partie la plus longue de ma vie, nous enchaînions les coups plus mauvais les uns que les autres tout en écoutant de la musique. Nous avons rejoint nos chambres après 2h du matin, à contrecoeur.

Pour notre dernière matinée avec Isabel et Maxi, nous sommes allés prendre un bon petit-déjeuner complet avant de faire les boutiques. Je devais remplacer mes chaussures qui avaient rétrécies au séchage à Sainte-Hélène. En fin de matinée nous sommes retournés à l’auberge pour échanger nos contacts puis ils m’ont fait leurs adieux. Ils devaient prendre tous les deux un vol pour Johannesburg, Isabel retournant au Portugal et Maxi se rendant directement aux chutes Victoria avant de remonter petit à petit sur la côte est de l’Afrique. Je me retrouvais à nouveau seul et le temps était à nouveau froid et gris, de quoi rendre le reste de la journée plutôt triste.

Je décidais de passer une dernière journée au Cap avant de partir rejoindre Loïc à Jeffreys Bay, sur la Garden Route, comme il me l’avait proposé. Le beau temps étant revenu, j’ai profité de l’ambiance agréable des jardins de la Compagnie avant de visiter Slave Lodge, l’ancienne maison des esclave de la Compagnie des Indes Orientales transformée en musée. En fin d’après-midi j’ai rejoint Rouen, l’hôte de couchsurfing qui m’avait hébergé à mon arrivée de Mongolie, pour aller regarder le coucher de soleil depuis les flancs de Lion’s Head, une des montagnes célèbres du Cap. Encore une fois le spectacle valait le coup d’oeil. Nous avons fini la journée dans un restaurant de son quartier avant qu’il ne me ramène à l’auberge. À l’aube je me suis rendu à la gare pour prendre mon bus qui allait m’emmener à Jeffrey’s Bay, à 11h à l’est du Cap, pour vivre de nouvelles aventures.

30-août-2014 16:30, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.003 sec, ISO 100
 
12-août-2014 17:13, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
17-juil-2014 23:45, Panasonic DMC-TZ25, 3.3, 4.3mm, 0.01 sec, ISO 100
 
17-juil-2014 22:45, Panasonic DMC-TZ25, 3.9, 7.4mm, 0.001 sec, ISO 100
 
17-juil-2014 22:45, Panasonic DMC-TZ25, 4.3, 9.4mm, 0.002 sec, ISO 160
 
17-juil-2014 22:58, Panasonic DMC-TZ25, 4.4, 10.1mm, 0.002 sec, ISO 100
 
17-juil-2014 23:46, Panasonic DMC-TZ25, 3.6, 5.9mm, 0.017 sec, ISO 200
 
12-août-2014 17:01, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
12-août-2014 23:52, Panasonic DMC-TZ25, 4.4, 10.1mm, 0.006 sec, ISO 100
 
13-août-2014 00:07, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.002 sec, ISO 100
 

J’ai gardé du Cap des souvenirs mitigés. La ville en elle-même est très belle, agréable et il y fait bon vivre, malgré les nombreux mendiants qui vous réclament de l’argent ou de la nourriture en permanence. La péninsule est magnifique et pleine de surprises, avec des paysages à couper le souffle. J’ai rencontré des gens très sympathiques et chaleureux avec qui j’ai passé des moments formidables, le genre de personnes faciles à vivre et avec qui je pourrais voyager des mois durant.
Tous ces bons côtés n’ont fait que rendre les mauvais moments plus difficiles encore. Je découvrais l’hiver sud-africain après plus de trois mois de beau temps, le vent et les fortes pluies du Cap… Les jours en solitaire n’ont pas été très heureux, notamment le jour de mon anniversaire. Le Cap m’a fait expérimenter le phrase de Chris McCandless (Into the Wild) : « Le bonheur n’est réel que quand il est partagé. »

Le Cap en vidéo :

Afrique du Sud – Le Cap from Dans les pas de Nicolas on Vimeo.

Plus de photos dans les albums suivants :