Quand j’avais une quinzaine d’années j’étais tombé sur un documentaire montrant l’explosion de la vie au milieu d’un désert. Des plantes ressemblant à des pierres qui éclosaient après une averse et dont les fleurs transformaient les étendues désertiques en un feu d’artifice de couleurs.

02-sept-2014 13:07, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 

Depuis je m’étais dit « un jour j’irai voir ça » sans pour autant penser à concrétiser cette envie au fil des années qui passaient. 
Lorsque j’ai pris ma décision de partir faire le tour du monde, le Namaqualand a naturellement fait partie des destinations phares que je voulais mettre dans mon itinéraire.
Le Namaqualand est une région aride située à cheval entre l’Afrique du sud et la Namibie. La Nature y est capricieuse et la bonne période pour assister au spectacle varie un peu d’une année à l’autre en fonction des précipitations. Il ne fallait donc pas rater le coche. J’ai ainsi planifié tout mon périple africain en fonction de ça.

Revenons au récit.
Après un assez long trajet en bus sur la Garden Route baignée de soleil, le gros nuage au loin indiquait que le retour au Cap était proche. Plein d’enthousiasme j’allais réserver mon billet de bus dans la foulée sans même avoir pris le temps de vérifier les disponibilités d’hébergement sur place, à Springbok. Bien mal m’en a pris. Je me retrouvais avec un billet de bus et pas de quoi dormir. Après avoir fait le tour du bottin et appelé la plupart des guest-houses et hôtels j’ai dû me résigner à annuler mon bus pour prendre le temps de trouver au moins 3 jours de disponibilités avant de réserver à nouveau le transport. Il m’a fallu prendre mon mal en patience durant une petite semaine dans le froid du Cap avant de partir enfin pour Springbok.

Durant trois jours j’ai arpenté les environs de la ville, Concordia, Goegap et le parc national du Namaqualand à pied et en voiture de location dans un décor coloré et odorant.

01-sept-2014 11:31, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
01-sept-2014 12:18, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
01-sept-2014 15:36, Panasonic DMC-TZ25, 4.7, 13.6mm, 0.002 sec, ISO 100
 
02-sept-2014 11:46, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
01-sept-2014 11:51, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:40, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 4.3mm, 0.001 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:33, Panasonic DMC-TZ25, 5.3, 25.5mm, 0.003 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:32, Panasonic DMC-TZ25, 5.0, 18.7mm, 0.002 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 13:59, Panasonic DMC-TZ25, 4.0, 6.4mm, 0.001 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 14:05, Panasonic DMC-TZ25, 5.5, 35.2mm, 0.002 sec, ISO 100
 
03-sept-2014 14:19, Panasonic DMC-TZ25, 5.4, 30.1mm, 0.001 sec, ISO 100
 

Le contretemps que j’ai connu au Cap ne m’a pas pas permis de découvrir le Namaqualand lors du pic de floraison (imaginez ce que ça doit être !) mais les quelques jours sur place ont malgré tout été plus qu’à la hauteur de mes attentes.

Namaqualand from Dans les pas de Nicolas on Vimeo.

Plus de photos dans l’album suivant :

6. Afrique du Sud - Namaqualand
6. Afrique du Sud - Namaqualandnov 4, 2014Photos: 74
 

2 commentaires

  1. Bonjour Nicolas

    Magnifique !!! mais une précision c’était quand cette belle floraison ??? Novembre 2014 c’est çà ???

    Car j’aimerai y aller mais j’ai du mal à choisir la bonne période

    merci de ta réponse

    Roselyne

    • Bonjour Roselyne,
      ça se passe entre mi août et mi septembre selon la pluviométrie du moment.
      J’espère que vous pourrez assister à ce merveilleux spectacle de la nature !

      Nicolas

Répondre à Nicolas Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>